Please Help New English Review
For our donors from the UK:
New English Review
New English Review Facebook Group
Follow New English Review On Twitter
Recent Publications by New English Review Authors
Threats of Pain and Ruin
by Theodore Dalrymple
The Oil Cringe of the West: The Collected Essays and Reviews of J.B. Kelly Vol. 2
edited by S.B. Kelly
The Impact of Islam
by Emmet Scott
Sir Walter Scott's Crusades and Other Fantasies
by Ibn Warraq
Fighting the Retreat from Arabia and the Gulf: The Collected Essays and Reviews of J.B. Kelly. Vol. 1
edited by S.B. Kelly
The Literary Culture of France
by J. E. G. Dixon
Hamlet Made Simple and Other Essays
by David P. Gontar
Farewell Fear
by Theodore Dalrymple
The Eagle and The Bible: Lessons in Liberty from Holy Writ
by Kenneth Hanson
The West Speaks
interviews by Jerry Gordon
Mohammed and Charlemagne Revisited: The History of a Controversy
Emmet Scott
Why the West is Best: A Muslim Apostate's Defense of Liberal Democracy
Ibn Warraq
Anything Goes
by Theodore Dalrymple
Karimi Hotel
De Nidra Poller
The Left is Seldom Right
by Norman Berdichevsky
Allah is Dead: Why Islam is Not a Religion
by Rebecca Bynum
Virgins? What Virgins?: And Other Essays
by Ibn Warraq
An Introduction to Danish Culture
by Norman Berdichevsky
The New Vichy Syndrome:
by Theodore Dalrymple
Jihad and Genocide
by Richard L. Rubenstein
Spanish Vignettes: An Offbeat Look Into Spain's Culture, Society & History
by Norman Berdichevsky





















clear
Wednesday, 16 January 2013
In Northern Mali, Hand-To-Hand Combat Between French And The Muslim Fanatics Bookmark and Share
clear

From lemonde.fr:

Combats "au corps à corps" entre Français et islamistes au Mali

Le Monde.fr avec AFP |
Un blindé français quitte Bamako pour le Nord, le 15 janvier.

Les forces spéciales françaises engagées au Mali se battent désormais "au corps à corps" avec les islamistes à Diabali, à environ 400 km au nord de Bamako, ont affirmé des sources de sécurité mercredi 16 janvier. Elles sont accompagnées par l'armée malienne.

L'information a été confirmée par une source de sécurité régionale, qui a précisé que la colonne de soldats français partie de l'aéroport de Bamako ne participait pas à ces combats mais se tenait "en alerte" à Niono (50 km au sud de Diabali) et à Markala, encore plus au sud.

Dans cette zone, "nous avons les groupes les plus durs, les plus fanatiques, les mieux organisés, les plus déterminés et les mieux armés", selon le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian. "On a affaire à plusieurs centaines, plus d'un millier – 1 200, 1 300 –, de terroristes dans la zone, avec peut-être des renforts demain", a-t-il ajouté.

Voir la carte des opérations militaires depuis le début de l'intervention française

Jusqu'à présent, les soldats français étaient essentiellement déployés dans la capitale, Bamako. Selon plusieurs témoins, des centaines de soldats maliens et français avaient pris la route route de Diabali dès mardi en fin d'après-midi, prise la veille par des islamistes armés et bombardée dans la nuit par l'aviation française.

Par ailleurs, un détachement d'une centaine de soldats français est arrivé mercredi matin pour relever des membres des forces spéciales et"sécuriser" un pont stratégique sur le fleuve Niger à Markala, près de Ségou. Ce point de passage relie les territoires insurgés au sud et à la capitale Bamako.

"Nous allons relever les forces spéciales, qui ont réorganisé les forces maliennes qui étaient un peu en déroute, pour leur permettre de pousser peut-être un peu plus dans la profondeur", explique le lieutenant Marc (il ne divulgue que son prénom), du 21e régiment d'infanterie de marine, venu du Tchad.

"UN CONFLIT DE TYPE GUÉRILLA"

Sur Europe 1, l'amiral Edouard Guillaud a souligné que les forces françaises étaient confrontées à "un conflit de type guérilla", situation à laquelle elles sont habituées. Il précise que l'aviation française a détruit, ces six derniers jours, "des cibles fixes, c'est-à-dire des camps d'entraînement, des dépôts logistiques, des centres de commandement, par exemple, comme à Douentza ou à Gao".

Mais, depuis des mois qu'ils tiennent le nord du pays et attendent une intervention militaire étrangère, les combattants de la coalition réunie autour d'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) ont eu le temps de préparer une guerre de mouvement et d'esquive, d'enterrer des dépôts de carburant dans l'immense zone désertique où ils se dispersent actuellement, de constituer des stocks d'armes hors des grandes agglomérations.

Lire en édition abonnés :  La guerre d'évitement des djihadistes au Mali

L'amiral Guillaud a par ailleurs confirmé, mercredi, que les djihadistes "avaient récupéré des blindés auprès des forces maliennes, nous en avons détruit une partie la nuit dernière". La France a déployé 800 soldats depuis le début de son intervention militaire, vendredi 11 janvier, et ce dispositif doit être porté progressivement à 2 500 hommes.

LE PRÉSIDENT IVOIRIEN SOUHAITE UN SOUTIEN DE "TOUS LES EUROPÉENS"

Le chef d'Etat ivoirien, Alassane Ouattara, a appelé mercredi à Berlin "tous les Européens" à soutenir l'opération de la France au Mali, lors d'une conférence de presse avec la chancelière Angela Merkel. "Je souhaite que cette action soit soutenue par tous les Européens. Il était urgent d'agir et je félicite le président Hollande mais tout le monde doit se mobiliser", a déclaré M. Ouattara, qui est aussi le président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest. De son côté, Angela Merkel a estimé que "le terrorisme au Mali" était "une menace pour l'Europe". L'Allemagne va mettre à disposition de la Cédéao deux avions de transport Transall ainsi qu'une aide humanitaire d'un million d'euros à destination des réfugiés dans les pays voisins du Mali.

DÉBAT PARLEMENTAIRE SUR L'ENGAGEMENT AU MALI

L'Assemblée nationale a débattu mercredi de l'engagement français au Mali. En ouverture, Jean-Marc Ayrault a salué "l'esprit de responsabilité dont toutes les forces politiques ont témoigné" depuis le début de l'opération "Serval", le 11 janvier.

Quelques heures auparavant, le président de l'UMP, Jean-François Copé, avait toutefois exprimé une "inquiétude forte" en raison de "la solitude de la France" au Mali, tout en réaffirmant son soutien au gouvernement pour cette intervention.

clear
Posted on 01/16/2013 2:11 PM by Hugh Fitzgerald
Comments
No comments yet.
Most Recent Posts at The Iconoclast
Search The Iconoclast
Enter text, Go to search:
clear
The Iconoclast Posts by Author
The Iconoclast Archives
sun mon tue wed thu fri sat
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31       
clear

Subscribe