Please Help New English Review
For our donors from the UK:
New English Review
New English Review Facebook Group
Follow New English Review On Twitter
Recent Publications by New English Review Authors
The Oil Cringe of the West: The Collected Essays and Reviews of J.B. Kelly Vol. 2
edited by S.B. Kelly
The Impact of Islam
by Emmet Scott
Sir Walter Scott's Crusades and Other Fantasies
by Ibn Warraq
Fighting the Retreat from Arabia and the Gulf: The Collected Essays and Reviews of J.B. Kelly. Vol. 1
edited by S.B. Kelly
The Literary Culture of France
by J. E. G. Dixon
Hamlet Made Simple and Other Essays
by David P. Gontar
Farewell Fear
by Theodore Dalrymple
The Eagle and The Bible: Lessons in Liberty from Holy Writ
by Kenneth Hanson
The West Speaks
interviews by Jerry Gordon
Mohammed and Charlemagne Revisited: The History of a Controversy
Emmet Scott
Why the West is Best: A Muslim Apostate's Defense of Liberal Democracy
Ibn Warraq
Anything Goes
by Theodore Dalrymple
Karimi Hotel
De Nidra Poller
The Left is Seldom Right
by Norman Berdichevsky
Allah is Dead: Why Islam is Not a Religion
by Rebecca Bynum
Virgins? What Virgins?: And Other Essays
by Ibn Warraq
An Introduction to Danish Culture
by Norman Berdichevsky
The New Vichy Syndrome:
by Theodore Dalrymple
Jihad and Genocide
by Richard L. Rubenstein
Spanish Vignettes: An Offbeat Look Into Spain's Culture, Society & History
by Norman Berdichevsky



















Sunday, 20 January 2013

The Cast Of Fanatical Muslim Characters At In Amenas

From lefigaro.fr:

Algérie : l'étonnant casting des djihadistes

Par Mélanie Matarese Mis à jour Réactions (24)
Photo des otages, prise avec un téléphone portable.
Photo des otages, prise avec un téléphone portable. Crédits photo : REUTERS TV/Reuters

Mokhtar Belmokhtar avait confié la prise d'otages d'In Amenas à ses plus précieux lieutenants.

Mokhtar Belmokhtar, qui a revendiqué dimanche, dans une vidéo, l'attaque du site gazier d'In Amenas, pensait sans doute réussir son opération. Sinon, il n'aurait pas envoyé ses meilleurs éléments se faire tuer dans cette gigantesque prise d'otages, à laquelle l'armée algérienne a mis fin lors de trois assauts - le premier jeudi, contre la base de vie, les deux autres, vendredi soir, puis samedi matin, contre le site gazier.

Abderrahman el-Nigiri.
Abderrahman el-Nigiri. Crédits photo : ANI/AFP

Selon un bilan provisoire, 23 otages ont perdu la vie lors de cette attaque, mais leur nombre risque d'être plus élevé, a prévenu le gouvernement algérien, dont le chef doit s'exprimer ce lundi. Parmi les 32 terroristes tués - 5 autres auraient été arrêtés vivants et 3 seraient encore en fuite - figurent les plus précieux lieutenants de Mokhtar Belmokhtar. À commencer par le chef de l'expédition, Abderrahman el-Nigiri, qui a pris d'assaut l'usine.

«Ce Maure du Niger faisait partie du commando qui mena l'attaque contre la caserne militaire de Lemgheity, au nord de la Mauritanie», relève Atmane Tazaghart, auteur d'AQMI. Enquête sur les héritiers de Ben Laden au Maghreb et en Europe. C'était en 2005 et, ensuite, Abderrahman el-Nigiri ne quittera plus Mokhtar Belmokhtar, lequel revendique l'offensive d'alors au nom du GSPC - qui n'est pas encore Aqmi. Selon la sulfureuse agence mauritanienne Nouakchott Information, par laquelle les terroristes ont trouvé un canal de communication, Abderrahman el-Nigiri serait «connu pour être l'homme des missions difficiles». Il aurait participé «à des missions importantes en Mauritanie, au Mali et au Niger».

De cette époque, l'émir du Sahel Mokhtar Belmokhtar, connu sous son nom de guerre de Belaouar, compte de nombreux fidèles, comme le Mauritanien Abdallahi Ould Hmeida. Lui aussi a participé à l'attaque contre Lemgheity, mais il aurait surtout joué un rôle important dans l'assassinat de deux touristes français dans le sud de la Mauritanie en 2010. Dans les rangs d'al-Qaida depuis l'âge de 14 ans, celui que l'on surnomme le «Zarkaoui mauritanien» a rejoint son frère Ibrahim Ould Hmeida, emprisonné après l'attentat suicide perpétré contre l'ambassade de France à Nouakchott, le 8 août 2009. Libéré, il a aussitôt rejoint la katiba de Mokhtar Belmokhtar.

«Deux Algériens dans le groupe»

Dans le groupe ayant conduit l'attaque contre le site gazier d'In Amenas apparaissent aussi les noms de deux Algériens: Abou al-Baraa al-Djazaïri (l'Algérie) qui menait les preneurs d'otages de la base de vie. De lui, on sait pour l'instant peu de chose, car de nombreux salafistes algériens se sont attribué le même nom. L'autre s'appelle Lamine Bencheneb. «C'est vraiment la grande surprise de ce casting, ironise un cadre de la lutte antiterroriste, car nous l'avions identifié comme un terroriste, mais pas comme un islamiste.» Sur son CV figure l'attaque de l'aéroport de Djanet (au sud d'In Amenas) en 2009, revendiqué par le Mouvement des enfants du Sud, un groupe de jeunes qui réclament plus de droits et de justice sociale pour les Algériens du Sud. «Depuis, le groupe a été démantelé par les Algériens, poursuit le spécialiste, mais des éléments de la nébuleuse se seraient rassemblés dans un nouveau Mouvement des fils du Sahara pour la justice islamique.» Lamine Bencheneb serait aussi lié indirectement au rapt du wali (préfet) d'Illizi, Mohammed Laïd Khelfi, enlevé en janvier 2012, et remis à Alger par les autorités libyennes quelques jours plus tard. Si les nationalités des assaillants ne sont pas encore claires - il y aurait notamment un Canadien -, l'origine de leurs armes ne fait aucun doute. «On a trouvé parmi leurs kalachnikovs un modèle typiquement libyen, l'AK104, confie une source proche des militaires. Mais aussi des roquettes F5, petites roquettes apparues pendant la guerre en Libye. Les rebelles avaient modifié des lance-roquettes d'avion pour en fabriquer des modèles artisanaux.»

Leurs tenues aussi venaient de Libye. «Il s'agit de celles données par le Qatar aux rebelles du CNT (le Conseil national transitoire, NDLR), reconnaissables à leur couleur. Les gilets pare-balles sont jaunes avec des taches marron aux dessins très spécifiques», poursuit notre source. Des copies de ceux que portaient les Américains pendant la guerre du Golfe. Et aussi des vestes et des pantalons d'un vert très reconnaissable. Enfin, «ils avaient du mortier à calibre 60, particulier à la France, dont se servaient aussi les rebelles en Libye.»

Posted on 01/20/2013 3:37 PM by Hugh Fitzgerald
Comments
No comments yet.

Most Recent Posts at The Iconoclast
Search The Iconoclast
Enter text, Go to search:
The Iconoclast Posts by Author
The Iconoclast Archives
sun mon tue wed thu fri sat
   1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30    

Subscribe
Via: email  RSS